78 anciens ambassadeurs américains dont Robert Ford demandent à Trump de réévaluer ses opinions sur l’Afrique

78 anciens ambassadeurs des Etats-Unis dans des pays africains ont adressé le 16 janvier dernier une lettre au président Donald Trump lui demandant de réévaluer ses opinions au sujet de l’Afrique.

Parmi les 78 signataires, figure Robert Ford, ambassadeur des Etats-Unis à Alger de 2006 à 2008, mais aussi Gordon Gray, ancien ambassadeur à Tunis et Franck Wisner, ancien chef de mission au Caire.

Les 78 diplomates anciennement en poste dans 48 ambassades américaines en Afrique s’adressent au chef de la Maison Blanche en exprimant leur « profonde préoccupation concernant les rapports des récentes remarques sur les pays africains et pour attester l’importance des partenariats avec la plupart des cinquante-quatre pays africains ».

Pour les signataires de ce manifeste, « l’Afrique est un continent doté d’un grand talent humain et d’une riche diversité, ainsi que d’une beauté extraordinaire et de ressources naturelles presque inégalées. C’est aussi un continent avec des liens historiques profonds avec les États-Unis ».

Les anciens diplomates affirment avoir « vu les cultures africaines complexes et riches, la résilience impressionnante, la générosité et la compassion à couper le souffle », et que même « si certaines nations ont été confrontées à des défis, nous avons compté parmi nos contacts des entrepreneurs dynamiques, des artistes talentueux, des activistes engagés, des défenseurs de la nature passionnés et des éducateurs brillants ».

« Nous savons qu’un engagement respectueux envers ces pays est essentiel à la protection de nos propres intérêts nationaux », écrivent les 78 diplomates précisant que « les États-Unis sont plus sûrs, plus sains, plus prospères et mieux équipés pour résoudre les problèmes auxquels l’humanité est confrontée lorsque leur pays travaille avec ses partenaires africains, qui les écoute. « Nous savons aussi que le monde entier est plus riche grâce aux contributions des Africains, y compris les nombreux Américains d’origine africaine. Ce fut l’un des plus grands honneurs de notre vie de représenter les États-Unis d’Amérique à l’étranger. C’était aussi un privilège de vivre et d’apprendre des pays divers et spectaculaires de l’Afrique », écrivent les anciens ambassadeurs qui concluent leur message à Donald Trump en espérant que le président des Etats-Unis réévalue son point de vue sur l’Afrique et ses citoyens et reconnaisse les contributions importantes que les Africains et les Afro-Américains ont apporté à l’Amérique , à son histoire et aux liens durables qui les lient toujours à l’Afrique.