5 juin 2017 – 5 juin 2018 : lettre ouverte de la mère de Saïd Chitour au président de la République

Le 5 juin 2017, il y a 365, le journaliste algérien, fixeur et collaborateur de médias internationaux anglophones tels que la BBC et le Washington Post, a été arrêté à l’aéroport d’Alger par les services de renseignement.

Il est poursuivi en vertu de l’article 65 du code pénal qui dispose : « Est puni de la réclusion perpétuelle quiconque, dans l’intention de les livrer à une puissance étrangère, rassemble des renseignements, objets, documents ou procédés dont la réunion et l’exploitation sont de nature à nuire à la défense nationale ou à l’économie nationale ».

Aujourd’hui, un an après, sa mère a décidé d’adresser une lettre ouverte au président de la République :

« Aujourd’hui 5 juin 2018 est un bien triste anniversaire. Mon fils, Saïd Chitour, est incarcéré depuis une année, 365 jours !

Il est âgé de 54 ans, gravement malade, diabétique et hypertendu. Il a perdu plus de vingt kilos et on me dit qu’il doit être opéré. Le stress permanent lui a fait pousser une très grosse tumeur au bas du crâne.

Alors que les mères profitent de leurs enfants en ce mois sacré de Ramadhan, moi je pleure à chaque rupture de jeûne. Sa femme, mes enfants, petits-enfants et moi-même cachons nos larmes pour protéger les enfants de Saïd, mon fils.

Je désespère à mon âge, 83 ans et d’énormes problèmes de santé, de serrer de nouveau mon fils dans mes bras, mon rêve le plus cher.

Monsieur le Président, j’implore votre clémence en ce mois béni de Ramadhan et je fais appel à votre bonté réputée et votre immense sens de la justice afin que je retrouve mon fils Saïd Chitour le plus rapidement.

Monsieur le Président, echadda fi Rabbi (Allah) ou fik.

Après Allah, il n’y a que vous et votre grande générosité qui puissiez mettre fin à mon drame et celui de toute ma famille.

 Merci monsieur le Président, nous continuons à croire en notre beau pays, l’Algérie »

Madame Vve Chitour